zenimagination5

Le mot «folie» peut facilement être mal interprété. Si la personne folle souffre de schizophrénie, elle et sa famille risque de souffrir d’immenses confusions.  Si elle est laissée libre, elle risque de devenir violente en raison de délires, et si elle est correctement diagnostiquée, elle risque de passer sa vie derrière les barreaux d’un hôpital psychatrique.

La folie est vraiment un sujet effrayant, mais c’est un fait que toutes les religions contiennent des éléments de folie. Tout comme on ne peut pas évoquer une bombe sans penser au danger d'explosion, nous ne pouvons pas réfléchir à la religion sans considérer ses éléments de folie. Croire en une religion veut dire s’approcher de la folie tapie quelque part au plus profond de l’humanité. C’est uniquement dans cette folie que nous rencontrons Dieu. C'est pourquoi les prêtres qui ne font que citer les paroles des anciens patriarches dans leurs sermons ne comprennent probablement rien de bien substantiel à la religion. S’ils avaient touché du doigt la folie intrinsèque, ils auraient pris conscience du vide des doctrines qu'ils prêchent avec éloquence.

Nous avons bien connaissance des problèmes de lavage de cerveau et de fanatisme au sein d'organisations religieuses. Ceci n’arrive qu’en raison du fait qu’une fois que vous croyez en quelque chose, votre raisonnement intellectuel est annihilé et facilement transformé en folie fanatique. Bien sûr, nous devons absolument éviter par tous les moyens ce genre de folie improductive.

Le point de vue que je défends ici, c'est l’idée de la folie en tant que source d'imagination créatrice. Seule une forte imagination peut détruire les concepts établis et le bon sens. La folie devrait être le moteur de l'imagination puissante qui permet de repousser la réalité comme un bulldozer. Sans cela, l’imagination finit par n’être qu’un fantasme.  

 [à suivre]

Soho Machida, 30/08/2019

(traduction Oriibu)