Le Wa est un terme japonais que l’on peut traduire comme Harmonie ou Paix.  C’est un principe fondamental de la culture japonaise, bien ancré au plus profond de son histoire et irrigant toute la société nippone. Cette philosophie du Wa s’oppose clairement au concept de dualité, source de discorde, en posant le principe qu’il est préférable de s’harmoniser plutôt que se diviser et s’opposer.

wa

  

Le Wa (harmonie) est un processus qui exige un effort de don et réceptivité

 Selon François Cheng, dans son livre « Et le souffle devient signe » (2002), l'harmonie n'est pas seulement un état, mais un processus, un devenir, qui exige des éléments en présence un effort de don et de réceptivité. La céréale et la bouche représentées dans le kanji Wa (和) expriment une relation fondamentale : le don terrestre et le désir humain. « Si les céréales sont indispensables à l'homme, elles lui demandent en retour patience et soin, ainsi que la capacité de savourer avec gratitude. »

  

Le Wa (harmonie), acceptation de l’asymétrie

 Dans son livre Sagesses du japon (2019), Mari Fujimoto fait une magnifique traduction du Wa, de l’Harmonie : « Concept d’intimité affilié à la paix, l’acceptation de l’asymétrie, plutôt que la perfection. »

 

DSCF1961

Les exemples d’Harmonie donnée par Mari Fujimoto vont de la simple plante poussant à travers le béton (beauté exultée par le défi, passion de vivre, croyance sans faille) au grand Bouddha de Kamakura, vieux de 7 siècles, terni et rouillé par les éléments qui ont estompé son ancien lustre d’or mais n’ont pas effacé son ineffable beauté qui transcende le temps.

 Mari Fujimoto explique que « Wa est l’expression fondamentale de l’harmonie et du sentiment de paix qu’elle engendre ». Au lieu de se battre ou de prioriser des intérêts personnels, la seule façon d’aborder avec conscience des situations conflictuelles (guerres, catastrophes naturelles) est de collaborer ensemble pour trouver et apporter de l’aide à toute la communauté. A un niveau plus modeste et de façon concrète dans les relations familiales ou professionnelles, le maintien du Wa implique de créer la confiance entre les individus et la préserver, respecter l’autre en paroles et en actions et éviter de créer une situation conflictuelle.

 Pour illustrer l’harmonie, Mari Fujimoto écrit également « ce qui est nourri dans l’obscurité fleurit dans la lumière », rejoignant la notion shinto de musubi (lien entre toutes choses, non dualité, engendrement) enseignée par Soho Machida dans le cadre de la méditation Arigato Zen. Effectivement, le concept de musubi permet implicitement de comprendre et s’approcher du Wa, Harmonie et Paix.

 Oriibu